Je suis un de ces vieux qui ont dû "donner" un an de leur vie dans ce service National.

      Sur le moment, à peu près comme tout le monde, je trouvais ce truc un peu ridicule et ne me voyais pas en vraie situation de guerre.

      J'y ai fait mes classes et doit bien reconnaitre que je n'étais pas le meilleur élément ; J'ai qu'en même appris à m'organiser, à ranger mes affaires, à obéir aux ordres même si je n'en comprenais pas le but, le sens ; j'ai aussi appris dans les moments difficiles l'entraide, l'union pour aider un copain, le respect des autres, des copains voire complices.

      Après ces deux mois, je me suis retrouvé infirmier ( autant dire planqué ); mais la encore il y avait l'entraide, la complicité entre nous quelque soit nos origines, l'aisance financière personnelle ou la pauvreté ( cette valeur n'ayant pas le droit de cité la seule valeur étant l'esprit de fraternité )

      Ne serait-ce seulement que pour çà, cette année que j'avais considérée comme perdue m'a apportée en fait beaucoup, j'y ai grandi dans ma tête, j'y ai appris à prendre des décisions seul en cohésion avec les autres, j'y ai rencontré d'autres façons de penser, d'autres habitudes que celles de ma région ou des amis que j'avais avant ; j'y ai aussi appri à devoir faire les efforts nécessaires pour m'intégrer aux autres et eux pareil ; j'y ai appris aussi que pour y arriver il fallait me bouger et ne pas attendre qu'un autre le fasse à ma place.

      A la fin, quand nous revenions chez nous, nous étions devenus des Adultes:

       -pour les plus anciens nous avions passé le cap comme eux, ils nous faisaient donc confiance dans la vie, le travail; il n'y avait du coup pas cette fracture sociale qui nous détruit tous.

       -pour les plus jeunes nous étions ceux qui avions vu et devenions des références, des "exemples", ceux qui avaient dûs s'adapter ailleurs, avec et face aux autres, sans la protection de sa petite famille, sa petite bande de copains, ni de ses petits caïds en herbe. 

      Je regarde Nos jeunes de maintenant: Ils n'ont pas en commun ces points de repère et ne se fient du coup qu'aux "lois", traditions, habitudes de leur petit coin de France, de leur campagne, leur cité, leur entourage familial qui s'inquiète de leur avenir (ou non); l'autre regard qu'ils ont sur le monde n'étant que la Télé, les réseaux sociaux et autres médias qui ne font que de les endormir, les manipuler, les amener à abandonner le combat de la vie ou pire, les tirer vers la délinquance,la fanatisation.

      Il est vrai qu'ils ont de quoi réagir; Nous leurs parents, notre Société ne se donne pas la peine de leur offrir de l'espoir en leur préparant des postes de travail à pourvoir, des moyens pour qu'ils se sentent utiles et non rejetés sous prétexte de manque de maturité, manque de qualification, manque de fiabilité, manque de rentabilité. 

      Ils se sentent perdus, inutiles, incompétents; ils s'excusent presque pudiquement d'être à la charge de leur parents, de cette société qui pourtant les rejète; ils ne font  du coup plus les efforts nécessaires pour rentrer dans le monde normal en perdant souvent l'envie de se battre pensant que c'est de la peine perdue.

      Il faut les aider à reprendre confiance en eux car que nous les jugions capables ou non, ils sont Notre Avenir; alors Nos devons leur montrer le chemin.

      Au lieu que cette jeunesse soit contrainte à se cacher pour les plus pudiques, errer au hasard sans but, exprimer leur colère de statut d'exclus pour d'autres, ne vaudrait il pas mieux les savoir en Formation de Vie et pas à l'ANPE ou on les traite de moins que rien; qu'ils coutent à la Société, autant que çà serve à quelque chose.

      Au regard de ce que cela a pu nous apporter, je trouve dommage de les en priver, de Nous en priver aussi.  

      Cette année passée devait certainement couter cher à la Nation mais servait à nous construire; était elle plus chère que ce fléau de la délinquance avec tout le mal qu'elle peut causer, tous les moyens policiers, juridiques, d'accompagnement que son absence induit.

      Cette jeunesse se sens aussi à juste titre rejetée et encore une fois les trop riches cyniques et sans scrupule en profitent pour les utiliser dans une économie parallèle ( celle de la drogue, celle du voyourisme, celle bientôt de l'esclavagisme) est-ce mieux, faut il continuer à alimenter ce rejet de Notre Société, faut il continuer à créer des terroristes en herbe, faut il continuer à devoir utiliser autant de moyens pour empêcher cela ? 

      Avant, les plus jeunes nous prenaient comme exemples car nous étions sensés être capables d'affronter la vie; Maintenant, ce sont les petits caïds voire les grands qui sont devenus leurs références; est-ce mieux; j'en doute fortement.

      Nos Jeunes ne demandent qu'à être Utiles et de fait Considérés et à juste titre ; il y a de plus en plus de catastrophes naturelles (Inondations, Ouragans,...) ; ce service Militaire ou Civique ne pourrait il pas leur permettre de devenir Utiles, d'apprendre à être utile ...

 

       Tout le monde a besoin d’un guide, autant leur proposer les bons.
 

       Aussi, et Heureusement pour nous, toutes les guerres actuelles sont en dehors de notre territoire, mais dans le cas ou l’une s’y présentait, la grande technologie de Nos Forces Armées serait certes la bienvenue, mais au regard de ce qui peut se passer en Ukraine, en Afrique au moyen orient et à bien d'autre endroits aussi ; serait elle capable seule de nous protéger tous, sans nos forces, non volontés, nos engagements individuels ? 

  

       Faudra t’il se laisser trucider ; ce serait qu’en même souhaitable de connaitre quelques rudiments d'autodéfense, déjà de savoir à qui s’adresser, d’avoir une idée de la façon d’agir individuellement et collectivement.  

       Nous serons dans ces moments possibles,

                                           contents de les trouver: Nos Jeunes.

 

           Mr Claude DAVID